CURATOR : fonction, personne, outil, ou système ?

le 19 janvier 2011 par


Beaucoup de buzz et de débats (1) en cette fin d’année 2010 et début 2011 sur le rôle du Curator dans ou autour des réseaux sociaux. Le mot n’est pas nouveau, il a déjà été utilisé dans divers contextes: musées et expositions (2), gestion de bibliothèques, gestion de la preuve légale …
L’équivalent français pourrait être « conservateur » ou « curateur », mots qui font appel à des notions juridiques différentes et complémentaires, le conservateur ayant une connotation de patrimoine historique, le curateur étant axé vers la préservation des actifs d’une succession ou des intérêts d’une personne incapable (3).
Le digital curation (4), « la conservation numérique » selon Wikipedia , « est la sélection, la conservation, l’entretien, la collecte et l’archivage des actifs numériques ».

Comment ces concepts peuvent-ils s’appliquer aux réseaux sociaux d’entreprise ?
Selon les objectifs poursuivis, un Réseau Social d’Entreprise, a plusieurs dimensions (non exhaustives) :
– l’annuaire intelligent,
– les espaces de collaboration et les bases documentaires associées,
– les conversations et publications (blogs, chats, wikis …) …
Dans ces divers espaces / éléments, l’information peut être très structurée (données importées dans l’annuaire par la DRH), peu structurée (description des expériences, compétences, thèmes d’intérêt des personnes- si on a choisi la folksonomie sur ces thèmes), ou non structurée (les conversations).

Si on admet :
– Que la production des collaborateurs (et clients, partenaires …) contient une Connaissance utile à l’entreprise, partageable et réutilisable,
– Que le système de knowledge management de l’entreprise doit être alimenté par cette production « 2.0 »,

Alors, la « digital curation » prend un nouveau sens, et la fonction « curator » devient indispensable. Cette fonction peut être – a mon avis – couverte par un système automatisé géré par des hommes (pourquoi pas de façon collaborative) et des outils (par exemple les outils sémantiques de veille actuellement utilisés pour l’Intelligence Economique). La mise en place de ce système suppose une réflexion de l’entreprise et des choix (5 : decision tree) concernant les réseaux sociaux internes et externes à l’entreprise.

Le knowledge management – jusqu’à présent orienté principalement vers les documents et les communautés – enrichira alors le capital de Connaissances de l’entreprise de la substance issue des conversations, collaborations et échanges de toute nature.
Comment repérer les pépites ? Un beau challenge, sans doute collectif !

Pour en savoir plus …

(1) -Débats
http://poncier.org/blog/?p=2697

article de Bertrand Duperrin: le curator chaînon manquant des dispositifs entreprise 2.0?

http://caddereputation.over-blog.com/article-le-curator-est-il-un-veilleur-64270925.html

(2)-Musées – expositions
Museum as Platform; Curator as Champion, Smithsonian American Art Museum, Nov 2009
http://www.slideshare.net/nancyproctor/museum-as-platform-curator-as-champion

http://resources.education.tas.gov.au/item/edres/f8ade9bd-b921-a331-21e1-b598634ce5ab/2/Colour.zip/curator.htm

(3) Curateur en droit français

Article du Code Civil

(4)-Curator, Digital Curation :

Wikipedia
http://en.wikipedia.org/wiki/Curator , http://en.wikipedia.org/wiki/Digital_curation

et http://en.wikipedia.org/wiki/Digital_curation#Sheer_curation

DCC : cet article met en avant la notion de processus continu, de système et la valeur ajoutée
http://www.dcc.ac.uk/digital-curation/what-digital-curation

Digital Preservation Coalition
http://www.dpconline.org/

(5) Ressources, sites, outils :
Digital Preservation Jargon Buster
www.dpconline.org/publications

Comparison of Methods & Costs of Digital Preservation http://www.ukoln.ac.uk/services/elib/papers/tavistock/hendley/hendley.html

Decision tree for selection of digital materials for long term retention http://www.dpconline.org/advice/preservationhandbook/decision-tree et http://www.dpconline.org/advice/preservationhandbook/decision-tree/decision-tree-interactive-assessment

Curation Reference Manual
http://www.dcc.ac.uk/resources/curation-reference-manual

International Digital Curation Conference Dec 2010 (slides téléchargeables dans le programme)
http://www.dcc.ac.uk/webfm_send/315

DPC Digital Preservation Handbook
http://www.dpconline.org/advice/preservationhandbook

National Library of Canada – Networked Electronic Piblications Policy and Guidelines
http://epe.lac-bac.gc.ca/100/200/301/nlc-bnc/networked_epubs-ef/9/8/index-e.html#i (EN)
http://epe.lac-bac.gc.ca/100/200/301/nlc-bnc/networked_epubs-ef/9/8/index-f.html (FR).

1 réflexion sur « CURATOR : fonction, personne, outil, ou système ? »
  1. Bonjour Pierre,

    Merci pour cet article de synthèse. Nous sommes une équipe de conseil en KM/veille qui avons développé un outil collaboratif – appelé Knowledge Plaza et souvent assimilé à un réseau social d’entreprise – mais dont les usages trouvent réellement leur berceau dans la curation d’information.

    Dans ce processus de collecte, d’organisation et de traitement, et finalement de partage/communication de l’information, nous intervenons dans les 2 derniers en fournissant à des « curators » un outil de productivité leur permettant de rassembler et sélectionner des sources hétérogènes, tout en les rediffusant de manière conviviale et encourageant les échanges d’avis autour de celles-ci dans l’entreprise.

    Un parallèle peut être fait avec une plate-forme de blog telle que WordPress, sauf qu’ici nous travaillons avec des veilleurs/documentalistes et experts pour produire du contenu à destination de clients internes ou externes à l’entreprise.

    Pour répondre à votre question – il s’agit pour nous du mariage entre la sélection collaborative en amont et des actions de gestion des connaissances en aval pour faciliter le partage et actionner l’information entre experts internes voire externes à l’entreprise.

    Nous sommes encore loin à notre sens de systèmes pouvant automatiser l’ensemble de ce processus sans intervention humaine – si ce n’est pour le processus amont de collecte qui peut est relativement automatisé et soumis au filtre individuel humain.

    Bien cordialement,

    Gregory
    @gculpin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *