DRH, vous êtes responsables de la stratégie Immobilière !

le 22 janvier 2013 par


Comment ? Vous êtes DRH et vous ne saviez pas que vous étiez en charge de la stratégie immobilière de votre entreprise ? Réagissez car l’immobilier, ce sont des décisions engageantes à long terme (10 ans au moins) et les dix années qui viennent vont tout bouleverser.Vous ne pouvez pas y échapper, vous devez montrer à vos Comex pourquoi il faut aujourd’hui changer la stratégie immobilière. C’est un moment privilégié où vous pourrez parler stratégie, efficacité, innovation et gestion serrée des coûts dans un même souffle, profitez en !

Le continuum espace-temps du travail est bouleversé

Rappelons les causes de l’inévitable rupture du statu quo: la collaboration interne casse les silos; les collaborations externes, le travail virtuel, les travailleurs indépendants partout  dans le monde cassent les frontières de l’entreprise ; la mobilité fait que le bureau peut être partout, y compris dans le nuage ; l’écologie et les coûts de transport rendent absurdes des transports quotidiens pour être assis devant un PC en ne voyant personne ou presque ; les coûts immobilier dans les centres villes forcent à des émigrations dans des bouts du monde improbables où les employés ne résident pas (et où le coûts des inconforts de transport plombent la productivité) ; les employés sont en demande de plus de temps libre, d’indépendance, de travail mobile, de vie de famille préservée, etc.

En bref, les bureaux « modernes » sont souvent inappropriés. Vous connaissiez les causes, il faut en tirer les conséquences.

Le passage d’un modèle campus à un modèle galaxie

Le modèle campus est celui par lequel on pensait qu’en mettant les services, personnes, etc. les uns près des autres on allait créer des sortes de microprocesseurs humains, ultra rapides et efficaces. C’était vrai dans un monde sans technologies de communication. Il va être remplacé par le modèle galaxie qui sera la combinaison de « lieux » reliés par les technologies mais qui pourront être indépendants physiquement. Une galaxie comprendra :

  • Des lieux physiques par essence comme une usine ou un centre de R&D ou un lieu de commerce physique avec des investissements physiques importants.
  • Un siège social physique, petit, dans un lieu prestigieux et comportant assez de salles de réunions pour permettre des temps présentiels quand nécessaire pour que des collaborateurs puissent s’y retrouver et y construire des espaces de socialisation à certains moments de leur activité professionnelle.
  • Des multiples postes de travail dispersés dans les domiciles des collaborateurs, voire dans leurs Smartphones, dans des trains et des aéroports.
  • Des hubs multi entreprises où des collaborateurs pourront se rendre, proches de leurs domiciles et équipés de toutes les technologies nécessaires, de salles de réunions, etc. des sortes de Starbuck® postes de travail.
  • Des guildes multi entreprises où se retrouvent (physiquement et virtuellement) des collaborateurs de diverses entreprises, autour de la même fonction afin de pouvoir s’enrichir mutuellement.
  • Un nuage où se trouvent des documents et des logiciels utilisables depuis n’importe où.
  • Les réseaux sociaux internes et externes où les collaborateurs construisent ensemble des lieux d’intégration et de développement professionnels virtuels.

Les paragraphes précédents ont utilisé le mot collaborateur et non le mot employé car il faudra accommoder désormais des statuts de plus en plus divers dans la même galaxie.

La stratégie immobilière est fondamentalement RH

Dans ces conditions, prévoir ce que seront et où seront les espaces de travail de demain, en particulier les bureaux, relève donc de la prospective (mais celle du monde du travail, pas de la science fiction), de l’urbanisme (car la ville dans ces conditions change considérablement), de l’architecture (car les lieux de socialisation prennent une importance nouvelle et multiforme) et surtout des compétences RH car il faut dès à présent imaginer qui va travailler où, comment, avec qui, dans quelles relations émotionnelles et physiques, avec quels outils, etc. dans la décennie qui vient et même si possible la suivante car on n’investit pas dans l’immobilier à moyen terme mais à long terme.

Cet article est paru dans la revue RH&M (numéro de janvier) 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *