Et si LinkedIn devenait votre annuaire interne ?

le 11 juin 2013 par


En fait, il l’est déjà, mais vous ne le savez pas !

20% des recherches de profils sur Linkedin sont faites par des employés sur leurs collaborateurs. L’annuaire Linkedin est plus avancé, plus intelligent et plus précis que n’importe quel annuaire d’entreprise. Faut-il s’en servir comme annuaire interne ?

La réalité de la société est en avance sur celle de l’entreprise

Linkedin est un annuaire intelligent autonome rempli par les individus eux mêmes ou automatiquement par leurs activités sur les réseaux sociaux. Il est aussi une source de liens qui vont nourrir les comptes Twitter (et autres) des employés. Il regroupe et organise automatiquement les activités, les informations, les changements dans les réseaux de chacun, les modifications de profils, etc. Il tient chaque utilisateur au courant de ce qui se passe dans son réseau, dans ses groupes d’intérêt. Il permet de suivre des discussions, des idées, des personnes.

Il est impossible à quelque entreprise que ce soit de disposer en interne d’un annuaire aussi performant que Linkedin. Les raisons sont juridiques (impossibilité de mettre des informations personnelles sans autorisation), techniques (investissement considérable), de réseaux (aucun système interne n’a accès aux réseaux des collaborateurs) et même de contenu (aucune entreprise ne possède dans ses dossiers autant d’informations sur le passé d’une personne, ses réseaux, ses intérêts professionnels, ses groupes de discussion, etc.)  L’entreprise est condamnée à être en retard sur Linkedin.

Menace ou opportunité ?

Linkedin est sur le Cloud, il repose principalement sur des serveurs américains, il est utilisé largement par les chasseurs de têtes et a été développé dans le but de servir en priorité les intérêts des membres quant à leur vie professionnelle. Ces éléments suffisent à braquer nombre de DSI, de DRH ou de PDG. Vu comme cela, c’est une menace pour la sécurité des informations, pour la visibilité des talents que l’on souhaiterait garder, pour la nature de la marque employeur si les employés s’y expriment « mal ». Mais tout le personnel l’utilisera bientôt de toutes façons.

C’est aussi la mise à disposition d’un grand nombre d’informations pour un investissement minimum. Dans ce sens, c’est aussi une opportunité.

Si c’est, au pire, un mal inévitable et, au mieux, une opportunité, comment l’utiliser?  Tout d’abord, en en comprenant les rouages. Ensuite, en incitant les employés à y être proactifs et prudents, en les formant sur les bons usages, les vrais dangers. Par exemple, trouver des contacts dans et hors l’entreprise en vue de bénéficier de leurs compétences ou de leurs réseaux est un bon usage. Inversement, parler de domaines techniques sur des communautés externes est une indication concurrentielle majeure et donc un vrai danger.

Quid des annuaires intégrés aux réseaux sociaux internes ?

Si Linkedin devient un annuaire interne, quid alors des annuaires intégrés avec les outils collaboratifs privés que l’on trouve sur le marché ? La réponse est simple et doit aussi être expliquée aux collaborateurs : si les outils privés sont par définition incomplets et « insuffisants » quand aux informations de profils, ils sont au contraire uniques, pertinents, utiles, intelligents quant aux informations confidentielles et qui doivent rester telles.

Il faut donc les deux systèmes, couplés de diverses manières (par exemple en laissant le profil Linkedin importé par les systèmes internes) mais clairement expliqués, chacun dans ses usages. L’investissement sera ainsi moins important pour l’entreprise, plus cohérent et satisfaisant pour les employés.

Pourquoi c’est stratégique

Parmi les mutations stratégiques que connaît l’entreprise, deux sont en jeu ici. Elle doit accepter :

  • son retard sur la société notamment quant aux usages sur les réseaux sociaux.
  • que les frontières entre l’interne et l’externe sont de plus en plus poreuses et peuvent être redéfinies de façon intelligente.

Le profil d’un individu est plus riche que son seul profil interne, de nombreux collaborateurs ne sont pas des employés statutaires, etc.

Les annuaires externes – comme Linkedin – et internes (quand ils sont bien faits) permettent de construire sur cette porosité  et de transformer en opportunité le retard par rapport à la société.

Cet article est publié en parallèle sur la revue RH&M de juin.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *